PHNOM PENH

Mme Penh vivait il y a bien longtemps en un lieu appelé Chak- tomukh, « les Quatre Visages ». Ce nom énigmatique est lié à la géographie de l’endroit.. C’est là que se mêlent les eaux du Mékong et de la rivière Tonie Sap, eaux qui se séparent peu après donnant, vu du ciel, l’image de quatre bras liquides. Cette Mme Penh était une vieille femme très riche qui vivait sur le bord du fleuve. Un matin elle aperçut sur la rive le tronc d’un arbre koki charrié par le cours d’eau. Elle approcha et découvrit quatre images du Bouddha sculptées dans la pierre et une autre représentant un génie. Elle les recueillit précieusement et décida d’élever en ces lieux une colline afin d’y bâtir au sommet un temple pour les abriter, un temple entièrement construit avec le bois de l’arbre qui les avait transportées. C’est ainsi que fut dressé le Vat Phnom, que l’on peut traduire par temple- montagne ou temple de la montagne. Peu à peu, on prit l’habitude d’appeler cet endroit Phnom Penh, la « colline de Mme Penh ».

En 1434, après l’abandon définitif d’Angkor comme capitale, la cour vint s’y installer un temps, jusqu’en 1526, date à laquelle la capitale est déplacée à Longvek. Il fallut attendre plusieurs siècles pour que Phnom Penh redevienne capitale. D’ailleurs les capitales se succèdent ; pour échapper au roi du Siam, le roi du Cambodge transfère la capitale à Srey Santhor vers 1595. Puis pour la même raison elle fut déplacée une nouvelle fois, à Udong, autour de 1625. C’est à Udong que se prépara le protectorat, entre Mgr Miche, Doudart de Lagrée et le roi Norodom entre le 12 et le 17 avril 1863. En 1866, le roi décida que sa capitale serait Phnom Penh qui retrouvait son prestige après trois siècles.

A voir: cat ba vietnam | voyage circuit vietnam pas cher | voyage Vietnam

Mais si la région était très peuplée (car très fertile), Phnom Penh n’était toujours qu’un hameau. Angkor, cité de pierre aux mesures harmonieuses et sacrées, fut bâtie pour plaire aux dieux hindous. Phnom Penh fut choisie pour des raisons stratégiques et commerciales. Phnom Penh a donc une vieille histoire, mais il ne faut pas imaginer que la ville a été conçue à l’image d’Angkor.
Longtemps, il ne s’est agi que d’un groupement de cases de bambou, une ville-marché au carrefour des fleuves où même le palais du roi était en bois. Les choses allaient changer à une vitesse stupéfiante.

Quand le Roi Norodom installa sa cour à Phnom Penh, le protectorat venait d’être signé. Les Français firent appel à leurs architectes pour modeler la nouvelle capitale, qui était un peu la leur. Ils restaurèrent le Vat Phnom en ruine. Ils édifièrent un palais royal digne de ce nom, selon leur conception et en s’inspirant du style indochinois, ce qui donne au bâtiment une allure originale. Norodom était fier de son palais. Il avait même sa statue équestre très européenne. En fait une statue de Napoléon III dont on avait remplacé la tête par celle de Norodom.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*